Une chronique de « L’enfant tombée des rêves » sur « Les lectures du hibou »

Denis Arnoud a chroniqué « L’enfant tombée des rêves » sur « Les lectures du hibou ». Et il a bien saisi la métaphore à la fin du roman… Merci à lui !

La chronique :

 » Emilie, douze ans vit avec ses parents et son frère. Elle est solitaire, pleine d’imagination, et ne communique pas beaucoup. Ses parents se sont inquiétés et ont consulté pensant qu’elle pouvait être autiste. Seule sa grand-mère décédée avait réussi à la comprendre :

« Mamie, elle, savait ce qui se passe dans ma tête lorsque j’observe : j’enregistre les mots; Tous les mots que j’entends, lis et découvre, en permanence, sans exception. Pronoms, déterminants, conjonctions, prépositions et surtout adjectifs, adverbes, noms, verbes : je les collectionne. Je les classe. J’enregistre et je collectionne parce que pour moi les mots ne se résument pas à un simple alignement de lettres permettant de communiquer. Ils sont bien plus que cela. »

Emilie s’est créé un ami imaginaire, Croquebal, un ogre mangeur de mots, qui la débarrasse des mots qui lui font mal. C’est à lui qu’elle confie tous ses problèmes, toutes ses questions car ses parents ne lui répondent jamais .Sa mère se cache derrière des « mensonges ordinaires », ces mensonges que les adultes font pour éviter de répondre à des questions embarrassantes quant à son père, lui il fuit carrément.

Emilie fait des cauchemars, la nuit, elle rêve qu’elle tombe d’un balcon et s’écrase sur le sol.  Emilie,  pour conjurer ses rêves, peint cette scène où elle tombe, elle agit pour les rêves comme pour les mots qui l’oppressent,  qu’elle donne en pâture  à Croquebal. En découvrant la réaction de ses parents lorsqu’ils voient sa peinture pour la première fois lors d’une exposition à l’école, Emilie se rend compte que ses parents lui cachent un terrible secret, qu’elle va tout faire pour découvrir.

Parallèlement, nous suivons l’histoire de Robert, médecin d’une soixantaine d’années exilé en Islande. Lui aussi fait le même rêve mais lui sait pourquoi. Quand Emilie cherche à tout prix les causes de ce rêve, Robert, lui fait tout pour enfermer son passé dans des poupées russes et oublier.

Dans ce très beau roman, Marie Charrel, nous montre les dégâts que peuvent causer les non-dits au sein d’une famille. L’auteure met l’accent sur  l’importance des mots, des mots pour nommer (quête de l’identité), des mots pour dire les choses, ne pas les laisser sous silence. Ce roman est aussi une métaphore du métier d’écrivain  :

« … on peut faire autre chose avec les mots que les dévorer tout crus.

-Ah oui,
-Oui. Même avec les mots balagan. Plutôt que de les croquer, on peut les dompter, les dresser, les classer. On peut les secouer, les colorer, les nuancer, ou encore les mélanger et les réassembler. Cela donne de la prose ou des vers. Mais aussi des fariboles, des contes, des poèmes, des chroniques, et mêmes des salamalecs, des carabistouilles, des histoires à coucher dehors ou à dormir debout. »

Pour lire la suite, cliquez-ici.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :