Fragile île verte

Le chiffre donne le vertige. Lorsque je l’ai découvert, j’ai d’abord cru à une erreur. Mais non. Il est juste. En 1845, lorsque l’Irlande fut frappée par la famine de la pomme de terre, elle comptait 8 millions d’habitants. Dix ans plus tard, sa population est tombée à 6 millions d’habitants. Puis à 4,4 millions en 1911. Motif : outre la mortalité élevée, les Irlandais ont fui leur pays en masse afin de trouver meilleure fortune ailleurs. Beaucoup se sont réfugiés aux Etats-Unis.

L’Irlande est une terre d’émigration. Chaque crise économique déclenche une nouvelle vague de départs. Aujourd’hui, l’île verte recense 4,6 millions d’habitants. 260 000 sont partis ces sept dernières années, suite à l’explosion de la bulle immobilière. Il y a des communautés irlandaises partout dans le monde. Au Etats-Unis, en Australie, au Canada. A Hong Kong. A Londres. On raconte que 70 millions de personnes, sur les cinq continents, ont des racines irlandaises.

En novembre, pour Le Monde, je suis allée à Dublin afin de découvrir si la reprise économique que l’on constate aujourd’hui incite les Irlandais partis pendant la crise de 2008 à rentrer au pays. J’ai rencontré Helen, Nicky, Neasa, Caroll, Brian, Spencer, et beaucoup d’autres, rentrés il y a peu. L’île de Samuel Beckett va mieux, c’est indéniable. Mais les séquelles de la récession sont encore profondes. A l’exemple de la terrible explosion des inégalités.

En sillonnant la capitale illuminée par les décorations de Noël, en dégustant un whiskey dans un chaleureux pub avec mon ami Mark, les souvenirs de l’été dernier me sont revenus. En juin 2014, j’ai sillonné les routes d’Irlande, bouleversée par la beauté mélancolique de ses paysages verdoyants, parsemés de ruines d’Eglise. J’ai parcouru le plateau ascétique du Burren, où sont nées certaines scènes de mon prochain roman.

Chaque fois que je traversais un village désert, je songeais à ces chiffres. 8 millions, puis 4,4 millions d’habitants.

Retrouvez le reportage écrit pour Le Monde ici (Irlande),  ou pour les abonnés, en cliquant ici.

Un avis sur “Fragile île verte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :