Marie Charrel a répondu au petit questionnaire de Proust pour le Bouquinovore

marcel-640

A l’occasion de la sortie des « Enfants Indociles », Le Bouquinovore a posé le fameux « petit questionnaire de Proust » à Marie Charrel.

Voici quelques-unes de ses réponses :

« Quel est votre principal trait de caractère ?

L’obsession pour le travail et la rêverie. Les deux faces d’une même pièce chez moi.

La qualité que vous préférez chez un homme ?

Son humour. Son courage. Sa modestie

La qualité que vous préférez chez une femme ?

Son humour. Son courage. Sa modestie.

Ce que vous appréciez le plus chez vos amis ?

Leur bienveillance et leur honnêteté. Leur folie.

Quel est votre occupation préférée ?

L’écriture, d’abord. Etre transportée par la magie d’un bon film, livre, concert, ensuite.

Quel est votre rêve de bonheur ?

Les amis. Du temps à l’infini. Une bonne bouteille accompagnant des discussions passionnées sur l’essentiel et le futile, sur une terre où l’on échappe à la laideur du monde. Et où la solitude est facile d’accès.

Quel serait votre plus grand malheur ?

Assister à la victoire de la facette nihiliste de ma personnalité sur toutes les autres. Elle détruirait tout pour ne laisser derrière elle qu’un désert stérile.

Le pays où vous désireriez vivre ?

L’Islande. Car la solitude y est facile d’accès. Le grondement de la terre sous les pieds y rappelle que nous sommes des poussières de rien.

Vos auteurs favoris ?

Albert Camus, Romain Gary, Kundera, Gabriel Garcia Marquez, Murakami, Assia Djebar, Charlotte Delbo, Stephen King. Tellement d’autres. Récemment, je suis tombée amoureuse de Judith Perrignon.

Vos héros de romans favoris ?

Ceux qui se débattent avec leurs imperfections tout en tentant de rester humain.

Vos héros dans la vie réelle ?

Germaine Tillion. Simone Veil. Hannah Arendt. Je suis fascinée par les femmes fortes.

Vos noms favoris ?

Sarah. Catherine. James. Solal.

Le don de la nature que vous voudriez avoir ?

L’inaptitude à la fatigue.

Quelles sont les fautes qui vous inspirent le plus d’indulgence ?

Celles résultant d’un acte de bienveillance ».

Pour lire l’article dans son intégralité, cliquez-ici.

Pour lire la nouvelle inédite de Marie Charrel, « le Diable mesure huit centimètres », cliquez-ici.

Pour lire la chronique de « L’enfant tombée des rêves » par Le Bouquinovore, cliquez-ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :