« Un roman terriblement drôle » et « touchant à un sujet universel », pour Liliba

353917

Le blog « Les lectures de Liliba » a lu et aimé « ‘L’enfant tombée des rêves ».

Voici le début de sa chronique :

« Dans la tête d’Émilie, c’est souvent le « balagan » (bordel, en hébreu). Les mots se mélangent et fichent le bazar et cette préado de 12 ans a même dû, sur les conseils de sa grand-mère, inventer Croquebal, un ogre imaginaire qui mange les mots qui lui encombrent la tête.

Croquebal est quasiment son seul ami, car cette fillette précoce est mal aimée au collège ; elle est rejetée parce que différente, pas branchée, pas assez superficielle, pas « mode » pour deux sous.

Par bonheur, elle s’évade en peinture. Mais pas de bol, sa peinture a plutôt tendance à effrayer sa famille… Alors que pourtant elle édulcore sur la toile les visions qu’elle a dans la tête, rendant ses créations « visibles » pour les autres, leur enlevant une grande partie de leur violence. Mais ça n’empêche pas son père d’avoir une drôle de réaction quand il découvre son dernier tableau. Émilie sent qu’il y a quelque chose qui chiffonne ses parents, qui les trouble même au plus haut point. Ils ne peuvent pourtant pas savoir qu’elle a représenté son cauchemar récurent, puisqu’elle ne leur en a pas parlé et que malheureusement, sa grand-mère n’est plus là pour qu’elle s’épanche auprès d’elle. Un homme tombe d’un balcon. Toujours. Toutes les nuits. Un homme qu’elle ne connait pas.

Émilie est têtue et cherche à comprendre pourquoi ses parents sont si troublés. Elle sent bien qu’on lui cache quelque chose, que son petit frère et elle sont tenus à l’écart d’un secret. Tant de questions sans réponses, tant de fuites de la part de ses parents : sa mère change de sujet à la moindre question, et son père fuit également, arguant à chaque fois une visite de chantier urgente, après s’être énervé « tu m’emmerdes avec tes questions ! ». Le peu qu’on lui raconte (toujours la même histoire de quand elle était petite) ne la contente plus, elle veut savoir. Et comme tout enfant surdoué, elle va tout faire pour y arriver. Ou bien est-ce la vérité elle-même qui va se forcer un chemin toute seule vers sa conscience ? »

 Pour lire le texte dans son intégralité, cliquez-ici.

Merci à Liliba !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :